Fédération de la Haute-Vienne

Fédération de la Haute-Vienne
Accueil
 
 
 

Guéant en croisade

Sa proximité avec Nicolas Sarkozy, dont il était, avant le remaniement, l’un des plus proches conseillers, interdit de penser que ce dernier ne lui a pas donné son aval. Ses propos sur le nombre de musulmans en France qui « pose problème » sont scandaleux, indignes d’un ministre, indi­gnes de la République. Ils jettent une lumière crue sur les buts réels du prétendu débat sur la laïcité de l’UMP, avec aujourd’hui une sorte de partage des rôles. Alors que le trouble et les doutes sur son bien­fondé, que ce soit par conviction ou par opportunisme, sont réels au sein même de l’UMP et que Jean-François Copé se veut rassurant sans vraiment tromper son monde, Claude Guéant, en « croisade », manie les mots qui excluent, qui stigmati­sent. Qui, à l’UMP, peut prétendre aujour­d’hui qu’il ne s’agit pas de s’en prendre aux musulmans ?   La provocation est devenue une stratégie d’État. C’est un défi lancé à la démocratie. Il ne s’agit pas seulement de concourir avec le Front national sur le même terrain, mais de déporter toujours plus à droite les débats de la société française, de diviser, d’attiser les haines, avec la volonté de détourner l’attention de la politique menée. La cote du chef de l’État est au plus bas. La bataille sur les retraites de l’automne a laissé des traces durables dans l’opinion, les hausses du prix de l’énergie mettent à mal le pouvoir d’achat, aucun progrès n’est en vue en matière d’emploi, tandis que, dans la santé et dans l’éduca­tion nationale, les personnels se mobili­sent contre les suppressions de postes et les réductions budgétaires. Alors Nicolas Sarkozy et ses fidèles recourent, de manière systématique depuis l’été dernier, à ce qui fut toujours dans l’histoire l’arme la plus abjecte des droites, la désignation de boucs émissaires.   Y a-t-il le moindre rapport entre ce pré­tendu débat sur la laïcité et la situation générale des Français ? Ou bien, dit autre­ment, en quoi cette instrumentalisation des religions pourrait-elle constituer un pro­grès pour la société ? Instrumentalisation, oui, aussi bien des « racines chrétiennes de la France » que, précisément, de l’islam. Jean-François Copé a tenté de relativiser la réaction des responsables des six principales religions de France. Il s’est même donné le ridicule de publier une « lettre à un ami musulman ». Mais tout le monde sait bien que les plus racistes d’entre les racistes ont un ami comme cela. Oh, Jean-François Copé jurera qu’il n’est pas raciste et c’est sans doute vrai, mais c’est pire. Il utilise le racisme à des fins politiques. C’est du cynisme à l’état brut. Évoquant un quelconque complot, Machiavel écrivait déjà en son temps : « Ainsi la religion employée à propos ser­vit à merveille au succès de cette entre­prise. » C’était là le dessein. Mais les incendiaires ont dû en rabattre. Ce qui devait être un grand débat devient une petite opération honteuse. Claude Guéant et d’autres peu­vent en rajouter, apporter encore des voix au Front national dans la perspective d’une refondation complète de la droite, ils ne pourront escamoter les problèmes réels de la société française 

 

le 12 April 2011

    Il y a actuellement 0 réactions

    Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.