Fédération de la Haute-Vienne

Fédération de la Haute-Vienne
Accueil
 
 
 
 

Faire échec à la division commence par la discussion.

Suite à la conférence de presse où le PCF et l'ADS annonçaient leurs candidatures communes pour les élections législatives en Haute-Vienne. Un "insoumis" (?) signait un article dans l'Echo  du vendredi 17 mars. Où il affirme que la désignation des candidats "insoumis" est transparente et démocratique, que la charte de rattachement financier de la FI n'est pas un frein à l'union et où la FI se reclame de l'ensemble du mouvement progressiste. 

 

"Faire échec à la division commence par la discussion.

Frédéric SENAMAUD, membre de la direction départementale du PCF Haute-Vienne

L’intervention d 'un insoumis dans l’Echo d’hier, nécessite quelques précisions utiles :

1) La France Insoumise est bien un parti politique. Je tiens à la disposition de la France Insoumise le journal officiel de la République Française dans son édition du 2 février 2017. D’ailleurs, en quoi le fait de dire que « La France Insoumise » n’est pas un parti serait-il de nature à parer ce mouvement d’une vertu démocratique particulière ? Ou alors, serait-ce simplement une volonté de sortir de la tradition républicaine pour revenir à cette bonne vieille notion du parti guide, éclairant les masses ?

 

2) Le mode de désignation des candidats de la France Insoumise dans les circonscriptions a, affirme-t-elle, permis à chaque citoyen de se présenter devant les assemblées citoyennes et ainsi de se rallier à son panache blanc. Que ne l’ont donc fait les représentants de l’ADS et du PCF ? Et bien tout simplement parce qu’en tant que formation politique le PCF a systématiquement reçu une fin de non-recevoir à toute demande de rencontre avec les représentants de la France Insoumise dans le cadre de ces élections législatives. Nous disposons même d’un mail interne de la France Insoumise adressé à ses militants : « certains parmi vous sont sollicités par d'autres forces politiques pour des rencontres locales ou départementales à propos des législatives. Or comme nous l'avons initié à Lille, nous souhaitons faire des élections présidentielles et législatives une seule et même campagne nationale avec des candidats portant le même programme et autour d'une même identification. Pour toutes ces raisons, il n'est pas prévu de répondre à ces démarches ». Il n’est pas facile de discuter avec un hologramme. Plus grave pourquoi la France Insoumise a-t-elle maintenu ses candidatures en face de députés communistes sortants ? Cette mise en concurrence là où il y a une possibilité de victoire ne lui pose-t-elle pas problème ? Souhaite-elle la victoire de député -e-s anti- austérité ou pas ? Pourquoi également des candidatures de la France Insoumise face à des candidats qui parrainent la candidature de Jean Luc Mélenchon à la présidentielle ? Où est la cohérence ?

 

3) Les représentants du PCF ne peuvent que se rallier à la Charte de la « France Insoumise » dont le contenu leur agrée forcément. Et bien, non, ce n’est pas le cas. Tout d’abord parce qu’elle est très peu exigeante dans bien des domaines (parité hommes/femmes, luttes contre les discriminations, engagement sur une nouvelle donne économique et fiscale quant à la répartition des richesses). Nous n’avons donc pas signé la charte pour des raisons politiques de fond: la charte est une expérimentation d'un mouvement politique qui déjà se structure en parti politique, et nous ne souhaitons pas nous subordonner et encore moins nous dissoudre dedans. Nous sommes aussi en désaccord politique sur la perception des élus, de leur rôle, de leurs libertés. Nous respectons le choix de la FI , nous leur demandons de respecter le notre. Nous rappelons que « ENSEMBLE » et d'autres, partagent cette position.

 

 

4) Enfin une dernière précision : le binôme constitué d'adhérents du PCF sur la troisième circonscription de la Haute Vienne n'a été ni désigné, ni validé par la PCF et par ses adhérents. Ces candidats ne peuvent donc se prévaloir de représenter le PCF.

 

Notre volonté de discussion reste intacte. Notre engagement politique pour l’élection présidentiel est clair : nous soutenons la candidature de Jean Luc Mélenchon. Le PCF n’a pas de leçon politique à recevoir de quiconque et a largement fait la preuve au fil des scrutins à donner des gages tangibles de rassemblement avec d’autres formations politiques. Nous souhaitons poursuivre dans ce sens et j’appelle chacune et chacun à faire preuve de cette capacité afin de se mobiliser contre la droite et l’extrême droite."

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.